jeudi 28 mai 2009

Le bien qui arrive jusqu'à nous

Depuis que Papa est parti, il y a une partie de moi qui perçoit la vie autrement; c'est peut-être lui qui me dit de mieux goûter à la vie pendant qu'elle est là. Plus je vieillis, plus je me rapproche de l'âge de ma mort selon les données statistiques, il semble que je ressens avec une intensité nouvelle ce qui se présente à moi, TOUT ce qui se présente à moi.

Depuis près de dix ans, j'ai développé une amitié avec un couple. Récemment, j'ai su que ça n'allait plus, l'un était déçu de l'autre et, pour des raisons qui me sont inconnues (on ne connaît d'un couple que ce qu'ils ont bien voulu nous dire), il ne lui en a rien dit. Je peux comprendre qu'il soit difficile d'aborder certains sujets, on ne veut pas mettre l'autre sous pression, on ne veut rien bousculer par peur de créer des tsunamis. Parfois, on n'ose pas pour la simple raison que la vie ne nous a pas appris, elle ne nous a pas permis de traverser une situation où tout s'est amélioré par l'expression de la vérité, par le simple fait de dire ce qui nous habitait, sans crainte, avec dans le coeur le désir de faire avancer la relation, de la rendre encore plus satisfaisante. Je ne peux apporter du bon dans mon couple si je ne suis pas satisfait. Si je demeure silencieux ou si l'autre refuse de m'entendre, dans les deux cas, le couple court vers sa rupture. La vie me l'a appris. Dans ma relation avec Lyne, la parole est précieuse, tout autant que l'écoute (et par écoute, je parle de cette intelligence émotionnelle qui permet de savoir écouter le coeur de l'autre).


J'ai été envahie d'une grande tristesse d'apprendre ce qui a entraîné cette rupture. Toute rupture est difficile. Je peux imaginer les émotions qui les habitent l'un et l'autre. Dans le brouillard des émotions négatives, il devient nécessaire et essentiel de laisser entrer la lumière. Cette lumière, elle se retrouve dans les paroles d'amis, dans ce contact humain qu'il faut continuer d'établir et en apprécier la valeur; la lumière se trouve également dans ce qui nous entoure et nous est offert pas la nature, toutes ces beautés qui nous accompagnent quotidiennement, la lumière, c'est aussi et surtout notre propre personne. Que deux personnes n'aient pas réussi à trouver le chemin du bonheur à deux ne signifie en rien qu'ils doivent mettre un terme un l'idée de toute autre relation, leur propre valeur est encore, et sera toujours, bien présente. Toute l'énergie, la créativité, l'intelligence, la beauté, le coeur, la sensibilité que chaque individu possède continuent d'exister et de vibrer en eux malgré tout ce qui peut avoir été vécu et c'est bien ce qui est merveilleux. L'autre ajoute à notre vie par sa présence, il n'ajoute rien de plus à ce que nous sommes en tant qu'individu unique. Après son départ, nous existons totalement, entièrement, grandi de son passage dans notre vie et de ce qu'il nous a permis de vivre (que ce vécu soit positif ou non). Nous nous retrouvons donc, après ce départ, avec toutes ces beautés que nous possédions avant que cette personne n'entre dans notre vie....prêt à accueillir le bien que la vie a à nous offrir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire